Prolifération de chats errants : campagne de stérilisation


prolif%c3%a9ration-de-chats-errants-campagne-de-st%c3%a9rilisation

Depuis plusieurs années, la commune de Marche-en-Famenne est confrontée, dans certains quartiers, à une prolifération de chats errants. Pour tenter de répondre en partie à cette problématique, une prime à la stérilisation des chats domestiques a été lancée en septembre 2018 et elle sera reconduite pour 2020. On peut estimer qu’avec l’octroi de cette prime pour les particuliers, plus de cents chats auront été stérilisés d’ici fin 2019.

Du 18 novembre au 2 décembre, la Ville organise une nouvelle action à traver sa cellule du Bien-être animal, avec deux semaines de sensibilisation et de stérilisation.

Concrètement, durant ces deux semaines, en collaboration avec l’Asbl GRIMM (Groupe d’intérêt pour le milieu marchois) et un cabinet vétérinaire, les habitants pourront aller retirer des trappes et les placer aux endroits appropriés. Celles-ci devront ensuite être rapportées chez le vétérinaire, qui stérilisera les chats. Des bénévoles du GRIMM peuvent également être sollicités s’il y avait un problème pour le transport (0476/97.19.87). Cette action est gratuite.

Les trappes seront à retirer chez les vétérinaires Madame Hubin et Madame Poirrier (084/31.25.27).

Un appel est également lancé aux habitants qui souhaiteraient accueillir des chats et devenir « famille d’adoption », dans le cadre d’une collaboration avec l’association Chats sans domicile (Contactez le service Environnement au préalable au 084/32.70.46 de 9h à 12h).

Bonnes pratiques avec des chats :

  • Un chat domestique doit obligatoirement être pucé;
  • Avoir une portée n’est pas indispensable au bien-être de l’animal;
  • Une prime communale existe pour la stérilisation des chats domestiques;
  • La stérilisation ou castration n’entraîne pas de désagréments pour l’animal, quand l’opération est pratiquée par un vétérinaire et que les propriétaires de l’animal lui permettent d’observer une période de convalescence. Par contre, la maîtrise des hormones les rend plus calmes et moins fugueurs, surtout durant la période d’activité sexuelle (du printemps à l’automne);
  • Nous prions les personnes charitables qui nourrissent les chats errants de contrôler leur compassion, s’ils ne peuvent s’engager à s’occuper de l’animal (le nourrir, le loger, le pucer). En effet, les chats errants peuvent engendrer de nombreux troubles : dérèglement de la biodiversité environnante, risques sanitaires (contamination des autres animaux et/ou des humains). De plus, il leur est souvent difficile de résister aux rigueurs de l’hiver.

Téléchargez au format Pdf la brochure de la Région wallonne sur le bien-être des chats.

 

.